Lidar et visite virtuelle

Suite à une discussion avec un client, je me suis intéressé de manière plus précise aux scanners Lidar ( détection des distances grâce à un laser ), permettant de créer un nuage de points en 3D, et donc, créer un environnement 3D à partir d’une scène réelle. Cela revient à faire une visite virtuelle … mais sous une forme un peu différente que celle que je conçois.

Voici quelques vidéos pour mieux comprendre – j’ai trouvé pas mal d’exemples dans la criminologie :

C’est, selon moi, ce type de technologie qui est utilisé avec les Google Car pour définir des zones dans l’espace en superposition à l’image. Mais ce qu’il est encore plus intéressant à voir, c’est lorsque ces nuages de points sont couplés à des textures … faites à base d’une photographie panoramique 360. Voici une vidéo explicative et deux exemples :

Les scanners 3D modernes peuvent, comme on le voit avec la vidéo de présentation du Leica C10, prendre à la fois la mesure de distance et couleur sur un angle donné, pour faire directement un nuage de points 3D et une photographie sphérique ( basse définition probablement … ? ).

Et en fait, après avoir visionné ces vidéos, je me dis qu’on est à l’état de prototypage d’un nouveau type de visite virtuelle qui se généralisera dans une dizaine d’années, voire moins. Le coût de ces machines font qu’aujourd’hui, seuls quelques secteurs spécialisés peuvent se permettre d’utiliser ce type de technologie.

4 commentaires

  1. Thomas Demolliens : site

    Article très intéressant. Je pense aussi que c’est une voie à explorer pour l’avenir.
    A noter que Iwane, société japonaise, proposer la création d’un nuage de points à partir de la captation vidéo immersive d’une Ladybug II. Voir http://www.iwane.com/en/3dpcci.php

    31 mai 2011 à 16:00
  2. lc30 : site

    Effectivement, cette technologie est très intéressante, et commence à être utilisée dans le milieu industriel, mais plutôt comme technique de reconstruction 3D et en alternative à la photogrammétrie, plus lourde et coûteuse.
    Le handicap actuel est le coût non négligeable d’exploitation du nuage de points, afin de le transformer en un modèle exploitable par des outils 3D classiques…

    2 juin 2011 à 12:39
  3. paul : site

    merci pour ce très bon article

    3 juin 2011 à 14:42
  4. acrobate echassier : site

    cette technologie est formidable mais encore un peu sous utilisée

    6 juin 2011 à 17:00