Sauvegarder ses photos

Certains diront que je suis parano, d’autres juste consciencieux, mais la sauvegarde numérique de mes données, en particulier de mes photos, est quelque chose qui me préoccupe !

Je connais trop de personnes qui ne font pas de sauvegardes régulières de leurs données, et qui ont perdu 3 mois de photos, un an d’images parfois par négligence.

La sauvegarde des images n’est pas la chose la plus simple pour un photographe qui souvent n’est pas à l’aise avec l’informatique. Les photographies étant des données volumineuses, cela ne facilite pas la tâche, et faire appel a une société informatique est souvent trop onéreux.

J’ai décidé d’écrire un article sur le sujet, car je pense que cela peut aider certains photographes. Vous trouverez dans cet article les différentes questions que je me suis posées, et la solution de sauvegarde que j’ai mise en place.

La sauvegarde locale est-elle suffisante ?

Elle est strictement nécessaire ! À la suite d’une journée de travail, il faut sauvegarder ses images de son disque dur interne vers un disque externe. Seulement, elle ne suffit pas. La sauvegarde sur-site ne protège pas de certains facteurs comme des vols et des incendies.

Ok, un incendie, ça n’arrive pas tous les jours.
Mais, si cela arrive une fois dans votre vie, seriez-vous prêt à perdre toutes vos photographies ?

Et le CD ou le DVD ?

Cette solution n’est satisfaisante qu’à court terme, à moins de re-graver tous les discs régulièrement. A partir de 5 ans de vie, ces supports peuvent ne plus être lu à cause de la dégradation chimique qui se produit sur le disc. Même avec des DVD haut de gamme type Gold !

En plus, cela n’est pas compatible avec la façon dont j’utilise mes images. Régulièrement, je retouche des images « anciennes », ainsi je souhaite avoir un support réinscriptible. En plus, le fait d’avoir toutes mes images sur un disque dur, cela me permet d’indexer mes images simplement, au jour le jour, lorsque j’ai un peu de temps libre.

Soit, alors, je n’ai qu’à emmener mon disque chez un ami, et je ferai la sauvegarde de temps en temps. C’est mieux, non ?

Je ne vous cache pas que c’est la solution que j’ai pratiquée jusqu’à très récemment. Plusieurs avantages : solution peu onéreuse, ne demande aucune connaissance informatique.

Ce n’est pas pour autant la solution idéale. Lors de chaque sauvegarde, il faut déplacer le disque dur. Ainsi, on réalise rarement un backup de ses données. Personnellement, je le faisais de façon très irrégulière. Et c’est comme ça qu’on peut perdre ses dernières réalisations.

La sauvegarde sur bande peut-être ?

La sauvegarde sur bande est beaucoup utilisée par les professionnels de l’informatique. Mais, avec un prix d’entrée pour le lecteur autour de 2500€, cela ne semble pas la meilleure solution pour un photographe professionnel.

Euréka : La sauvegarde en ligne !

C’est la solution que j’utilise aujourd’hui. Cela signifie qu’on passe par sa connection internet pour faire une sauvegarde.

Le gros inconvénient : la lenteur de la connection internet d’un particulier. Même avec l’avènement de l’adsl, le débit reste lent pour sauvegarder des photos dont le poids de l’ensemble des données s’élève de quelques dizaines de gigas au téraoctect (un Téra est égal à mille Giga).

Il faut savoir que sa bande passante en upload est environ dix fois plus lente qu’en download : On reçoit les fichiers dix fois plus vite qu’on les envoie.

Cependant, le déploiement à venir de la fibre optique réduira cet inconvénient !

Chez moi, je suis à 80 ko/sec en upload, soit 6,5 Go/jour. C’est nettement plus lent qu’un disque dur qui fait facilement 50 Mo/sec, il y a presque un rapport de mille pour un !

Les prestataires en ligne

Ils fleurissent sur le marché. En voici une liste non exhaustive : Ags-Backup, Neobe, Carbonite, Mozy, Oodrive, Skydrive, Amazon S3, Noftp

La plupart de ses sites proposent un service gratuit, bridé, et un service payant.

Le principe est relativement simple : on installe un logiciel propriétaire sur son ordinateur, on sélectionne les dossiers que l’on souhaite sauvegarder, et ensuite, le logiciel se débrouille tout seul.

Les versions gratuites ne sont pas une solution pour un photographe : capacité totale limitée à quelques Go, fichier unitaire limité en poids à 10 Mo, bande passante réduite, donnée non cryptée. Cela est en revanche une bonne solution pour sauvegarder ses mails, son carnet d’adresses, ses licences de logiciels et documents tel que les factures ou la comptabilité.

Le photographe doit donc se tourner vers les solutions payantes. Les services de stockage payant permettent, en plus de l’espace de stockage, d’envoyer par DVD ou sur disque dur des données suite à un crash. Très utile lorsque l’on a besoin de récupérer ses données rapidement ! Il y aussi la possibilité de faire des sauvegardes incrémentielles (on garde différentes versions de chaque fichier), bien que je doute que ce soit une option particulièrement intéressante pour des images.

Seulement voila, le stockage, ça se paie, et cher. Imaginons que vous ayez besoin de sauvegarder 100 Giga de donnée, ce qui est loin d’être aberrant pour un photographe qui fait du numérique depuis quelques années, même s’il ne garde que le nécessaire. La facture monte rapidement de 50€ à 100€ / mois pour certains prestataires, qui chargent 1€/Mois/Go.

J’ai essayé par curiosité Mozy Backup dans sa version gratuite, limité à 2 Go de stockage.

Le logiciel est bien pensé. L’utilisateur choisit au départ ses précieux dossiers, ainsi que la fréquence des sauvegardes.
Ensuite le logiciel fonctionne uniquement lorsque le processeur n’est pas à son plein régime, et lorsqu’il y a de la bande passante disponible.
La sauvegarde est différentielle : un fichier déjà sauvegardé qui n’a pas bougé ne sera pas à nouveau sauvegardé. Indispensable lorsque l’on a plusieurs dizaine giga de données à stocker : c’est la première sauvegarde qui est (très) longue, pas les suivantes.
Si vous avez les moyens pour une sauvegarde en ligne, alors allez-y !

Sachez néanmoins que si le rapport capacité /prix est important, la réputation du prestataire l’est encore plus ! En stockant ses données chez un petit prestataire, vous encourez à des risques plus importants qu’il mette la clé sous la porte. Et en revoir vos backups !

Voici quelques sites où vous pourrez trouver plus d’informations sur le sujet :
Le clan des services de stockage en ligne
Gshare

Ma solution

Au lieu de passer par un prestataire, j’ai préféré me faire ma propre sauvegarde en ligne. Avec l’utilisation de deux serveurs NAS, c’est presque simple !
Avant d’aller plus loin, je vais tout de suite vous expliquer ce qu’est un serveur NAS.

Un serveur NAS, c’est un disque dur réseau évolué que l’on branche directement sur un réseau par le biais d’une prise ethernet, à l’inverse d’un disque dur standard que l’on branche directement sur un ordinateur avec une prise USB, Firewire ou eSATA. Ce disque réseau est vu par toutes les personnes connectées sur le réseau.

Un serveur NAS, c’est donc un disque dur réseau, auquel on a rajouté quelques fonctions bien utiles, comme la possibilité d’en faire un serveur FTP, un serveur Web et bien d’autres fonctions, tel que la sauvegarde des données qu’il contient. On accède au serveur NAS par une interface web.

Matériellement, un serveur NAS, c’est à peine plus gros qu’un disque dur externe 3’5, auquel on a rajouté un processeur et un peu de ram : seulement 266 Mhz, et 32 Mo de RAM pour celui que j’ai choisi, le Synology 107e qui figure parmi les premiers prix, mais qui est largement suffisant pour l’usage que j’en ai.

Une grosse différence avec un disque dur externe classique qu’il est important de connaitre: il est conçu pour fonctionner 24h/24. Il reste ainsi accessible en permanence, que votre ordinateur soit allumé ou éteint. Heureusement, il consomme très peu de courant, surtout lorsqu’il n’y a aucune activité sur le NAS.

À peine plus gros qu’un disque dur externe

J’ai donc acheté deux serveurs NAS, et mis un disque dur de 500 Go dans chaque. En passant, cela m’a coûté 500€ pour le tout.

Le premier est chez moi, à coté de mon ordinateur. le deuxième est chez loin, chez Thomas, donc « hors-site ». Nous avons tous deux une connection internet ADSL chez Free.

Voici donc ma façon de procéder :

Je sauvegarde les données de mon disque local à mon NAS à la fin de chaque journée de travail avec Ultrabackup. Cela ne prends guerre plus de quelques minutes.

Ensuite, tout le reste se fait, une fois le NAS configuré, automatiquement. Une fois par semaine, mon NAS se connecte au NAS de thomas (le lundi à minuit 15, si vous voulez tout savoir), et il envoie les nouvelles images et celles qui ont été modifiées.
La même chose avec un schéma :

Schema Syno Freebox et Ordi

Pour la sauvegarde de vos images sur votre NAS, ce n’est pas plus compliqué que de sauvegarder des images sur un disque externe traditionnel, donc je ne vais pas m’étendre là-dessus.

En revanche, je vais vous montrer l’interface de sauvegarde du Synology pour décomplexer un peu la chose.

Voici une capture d’écran de la fenêtre de sauvegarde :

Sauvegarde Synology

Vous aurez à rentrer l’adresse IP de la personne chez qui vous avez placé votre serveur NAS, le login et le mot de passe rentré lors de l’installation du NAS.
Vous devrez également rediriger les ports adéquats de votre routeur vers votre serveur NAS, et c’est à peu près tout ! Synology explique comment faire ici.

Je crois que c’est à peu près tout.

J’ai commencé ma première sauvegarde. Il y a en pour une quinzaine de jours. Après, ça ira beaucoup plus vite !

Merci à Thomas pour héberger mes sauvegardes :-)

Si vous avez des questions, des commentaires, ou si vous voyez une erreur, n’hésitez pas à laisser un message ici, je vous répondrai rapidement.

15 commentaires

  1. Thomas : site

    Maintenant que je sais ce que ça coûte chez mes « concurrents », je vais pouvoir t’envoyer MA grille tarifaire. On verra si ce post n’a pas besoin d’une légère modification dans son contenu :)

    25 mars 2008 à 15:14
  2. anne burtey : site

    trop fort mon cousin :)

    25 mars 2008 à 22:25
  3. baptiste : site

    Très bon article. Merci pour ces informations.

    26 mars 2008 à 23:29
  4. Alexandre : site

    Waou, quel effort de didactique.. et pour une fois tu es clair :)
    Maintenant si Thomas te propose une grille de tarif trop élevée je peux le replacer je fais 10% de réduction sur son prix :)

    27 mars 2008 à 10:12
  5. Alexandre : site

    PS: tu devrais prévoir une modération par l’administrateur (ou alors un petit crypto )des commentaires.. cela t’évitera d’avoir des pubs/spams sur ton site…

    27 mars 2008 à 10:14
  6. Nicolas Burtey (admin) : site

    Merci baptiste.

    J’ai un plug-in pour gérer les spams, mais pour l’instant, je n’ai pas trop de souci avec ça !

    27 mars 2008 à 11:42
  7. Henri : site

    Tres intéressant cet articles qui nous permet d’éviter les forums de « geek » souvent trop soporifiques

    28 mars 2008 à 16:57
  8. Mickael Cohen : site

    - Et comment tu fais si tu te faches avec tom?
    - Et comment tu fais si ta maison et celle de tom prennent feu en meme temps?
    - Et comment tu fais si jamais tom il se plante et efface un fichier a toi juste avant que les deux serveurs se mettent à jour?
    Moi je trouve pas ca tres sur comme systeme de sauvegarde :D (ok ca va je sors)

    1 mai 2008 à 21:39
  9. Julien : site

    Salut la compagnie!

    Méthode très intéressante c’est clair…Mais je veux pas faire mon intéressant mais pourquoi pas passer par un système en RAID1? Je m’explique pour si jamais certains connaissent pas…Un NAS (207+) avec deux disques durs en SATA dedans et montage d’un sytème RAID 1. Le système RAID 1 est une synchro directe et automatique des deux disques présents dans le NAS, donc je mets une photo sur un disque elle est copiée sur le nouveau. Si un des deux disques crashe, le système vous en alerte (même par courriel si vous le souhaitez), vous le sortez, placez un autre à la place, il synchronise le tout et c’est reparti…Pas un peu plus simple? Et pour les grands prudents un UCS pour placer le NAS dessus et le tour est joué…

    22 mai 2008 à 16:28
  10. Nicolas Burtey : site

    Salut Julien !

    Oui, le NAS en Raid 1 est une solution, mais le problème vient dans ce cas de la sauvegarde sur site uniquement.

    Cela n’épargne pas les problèmes de vols ou d’incendie.

    La solution serait d’avoir trois disques, d’en mettre un hors site, et de le ramener régulièrement pour le mettre à jour …

    C’est une solution plus que viable, mais c’est pas totalement automatisable non plus

    28 mai 2008 à 12:56
  11. Chris : site

    Hello !

    Ces solutions matériels sont effectivement très satisfaisantes mais niveau budget c’est pas la panacé.

    Pour ma part j’ai préféré utiliser un service en ligne (rglob) car peu cher par rapport à ma quantité de fichiers sans parler des possibilités de partage, je publie mes photos sur mon espace public afin d’en faire profiter… impossible en sauvegardant localement.

    Pour ceux que ca intéresse : http://www.rglob.com

    29 mai 2008 à 12:22
  12. Carl : site

    Une autre alternative pour la sauvegarde en ligne est KoffeePhoto. Les photos gérées avec le logiciel, au format JPG uniquement, sont automatiquement répliquées en ligne. Les photos peuvent être consultées en ligne et être partagées facilement. Le service Premium assure une sauvegarde en ligne des fichiers originaux. Le prix ? 2,99 € par mois pour un stockage illimité…
    En version gratuite, KoffeePhoto est une solution très simple pour partager ses photos.

    22 novembre 2008 à 18:53
  13. Nicolas Burtey : site

    Bonjour Carl,

    Un système qui ne reconnait que des jpgs ne s’adresse certainement pas à des photographes !

    24 novembre 2008 à 16:16
  14. tatan : site

    Pour moi la solution est sans aucun doute le stockage en ligne. Je peux sauvegarder mes photos de partout en quelques instants et de n’importe quel ordinateur. Il suffit de se connecter à son espace de stockage et d’y copier ses photos. Que t’ai besoin de 100 Go ou de 1000 Go, il suffit de choisir son abonnement… http://stocklii.com

    15 mars 2010 à 4:20
  15. henry : site

    idem que tatan, mais en gratuit et illimité (et oui ça existe).
    Après quelques bonnes heures de recherches sur google je suis tombé là-dessus : http://www.picyoo.com , à ma grande surprise il n’est pas connu mais vaut plus que largement des flickr et autres joomeo, c’est par exemple le seul au monde (que j’ai trouvé) qui gère les photos 3D.

    8 décembre 2011 à 13:54