Visite virtuelle vidéo, un point sur les caméras

360vr

Après mon billet sur les lecteurs pour visite virtuelle vidéo, je vais m’attarder un peu sur le matériel de prise de vue nécessaire à ce type de réalisation.

Il existe principalement deux moyens pour créer une visite virtuelle vidéo. Soit on utilise une caméra avec un miroir courbe au bout de l’objectif, soit on utilise une tête particulière montée de plusieurs petites caméras, et on assemble les différents flux vidéos issus des caméras grâce à un logiciel d’assemblage.

Système de miroir

La premier système repose sur l’utilisation d’une caméra avec un miroir courbe. C’est une solution assez peu onéreuse, puisqu’il faut juste un miroir, une caméra, et un logiciel pour transformer la perspective du miroir en une image cylindrique.

On trouve dans cette catégorie différents systèmes, tous similaires :

Si ce système est très accessible comparé au second, la qualité laisse souvent à désirer, notamment en terme de contraste global et de détail (manque de définition). Je pense néanmoins que le système du miroir est plus pertinent en vidéo qu’en photographie. Dans une vidéo 360, le nombre d’informations est si important (entre la vidéo et le 360) qu’on porte moins attention aux détails. C’est au contraire un des points principal pour une visite virtuelle « fixe ».

Système par assemblage

La deuxième principe, plus complexe, repose sur le même principe d’assemblage que l’on connait bien pour la réalisation d’une visite virtuelle sphérique en photo. Le principe consiste à utiliser une batterie de mini-caméra regroupée dans une tête rigide. Chaque caméra va enregistrer une partie de l’angle de champ. Le stitch est réalisé automatiquement car les caméras sont fixes les unes par rapport aux autres.

L’avantage de ce système par rapport au précédent est sa plus grand définition (c’est la même chose pour la photographie en fait) et la possibilité d’avoir une image au plafond (le fameux zénith). L’inconvénient principal étant le prix. Mais les acteurs sur ce marché se comptent encore sur le doigt d’une main, et il y a fort à parier que les prix vont se démocratiser assez rapidement.

Exemple d’une vidéo où l’on voit le zénith mais pas le nadir

Deux acteurs se partagent le marché pour l’instant :

dodeca immersivemedia

Jeffrey Martin, le créateur de 360 Cities, a proposé il y a quelques mois une caméra basée sur ce principe de montage. C’était une version béta pour environ 500$ (soit 20x moins qu’une LadyBug tout de même…)

Malheureusement, la page montrant la caméra en version béta a été retirée. Peut-être cela signifie-t-il que la version finale est bientôt disponible ? On peut trouver des traces de cet offre ici et un exemple de rendu par ici. Le résultat laisse encore à désirer, mais ce n’est pas la version définitive !

Affaire à suivre  !

Le premier visuel représente le miroir de 360 One VR, le deuxième montre la caméra de Immersive Média.